Une grammaire concrète

Dans l’approche intégrée, le travail en grammaire est également lié au travail de lecture et d’écriture. Les textes constituent le corpus dans lequel on peut puiser les notions à étudier : on y repère les phrases, les verbes, les pronoms… Et chaque notion montre son intérêt pour lire ou pour écrire : il est important de comprendre la notion de phrase pour lire en étant compris ou pour écrire un texte qui a du sens. La notion de pronom éclaire celle des reprises anaphoriques si importantes pour comprendre… Ainsi, les notions peuvent s’éclairer utilement, et celles de grammaire prendre du sens. Cependant, il reste important de faire travailler la grammaire en tenant compte de sa didactique particulière, afin que les élèves puissent accéder progressivement à ce travail abstrait st structurel sur la langue.

Du côté de la théorie…

Le travail réflexif sur la langue est ainsi à la base de la grammaire. Il se construit lentement, et s’appuie sur deux piliers, montrés par certaines recherches « qui montrent les effets positifs de la pratique régulière de l’usage du métalangage et des manipulations syntaxiques sur les compétences orthographiques des élèves » (Gourdet, 2008). Ainsi, il est très important pour les enseignants d’utiliser et de faire acquérir les mots de la grammaire, selon la terminologie décidée par le ministère. Pour cela, il pourra s’appuyer sur des activités efficaces en grammaire qui consistent essentiellement à manipuler la langue, à transformer des phrases, à transposer des textes, à collecter des mots ou des groupes de mots et à les trier… Ces activités spécifiques sont à la base de la construction de concepts grammaticaux souvent difficiles à définir de manière simple, comme la phrase ou le verbe, et qui vont mettre du temps à se fixer chez les élèves.

La manipulation physique d’objets peut s’avérer utile pour les jeunes enfants de cycle 2 pour qui un support est nécessaire à la manipulation de la langue. C’est une approche concrète qui a été explorée par différentes approches, et notamment par Montessori. Nous reprenons dans nos traces écrites ou nos activités ses symboles sur les classes de mots, mais cette approche n’est pas indispensable à la mise en place d’une démarche intégrée. Ce qui est important, c’est la mise en place de séance spécifique de grammaire suivant une progression bien établie, en lien avec les textes de lecture et les projets d’écriture.

Concrètement, comment faire ?

Nous avons vu que le texte support est choisi pour sa structure, et notamment pour les notions grammaticales qu’il permet de faire travailler. Un texte comportant une liste (d’ingrédients, de matériel), pourra permettre de faire travailler le nom, un texte prescriptif peut faire découvrir l’infinitif ou l’impératif, un conte peut faire acquérir les temps du passé… Ainsi, le choix du type de texte se fait en lien avec les notions grammaticales à étudier.

A partir de ce support, il est possible de faire manipuler la langue : entourer les phrases, trouver les mots qui désignent des personnages, transposer un paragraphe au passé, au pluriel… Le corpus de mots déchiffrés par les élèves de CP est également un bon support qui leur permettra d’effectuer des tris pour comprendre la notion de classe de mots, ou de comprendre la notion de déterminant… En reprenant les mots de la lecture, on évite à ces élèves de devoir faire de la grammaire sur des mots qu’il leur faut déjà déchiffrer, ou qu’ils ne peuvent pas encore déchiffrer.

Ressources

Nous proposons donc pour chaque séquence des structurations de notions de grammaire en lien avec les textes proposés, leurs traces écrites et les exercices de systématisation. Ces exercices peuvent être à faire dans les textes (rechercher les pronoms par exemple) ou à partir d’eux (transposer un texte au futur), à partir de phrases notées au tableau ou d’exercices à imprimer. Pour ces exercices, nous proposons plusieurs versions avec la même consigne, pour que les élèves puissent recommencer si besoin, sans avoir besoin de comprendre une nouvelle consigne à chaque fois.En ce qui concerne les traces écrites explicites, elles gagnent à être construites avec les élèves, de manière collective. Pour vous inspirer, voici des propositions. Vous y trouverez pour chaque page les illustrations en grand format pour construire l’affiche collective avec les élèves. On pourra proposer des traces écrites pour les CP :

Et voici les traces écrites pour les CE1 :

La programmation des enseignements est là encore fondamentale. Chaque séquence est le lieu d’étude d’une notion particulière, avec sa découverte, sa structuration et son entrainement. Voici une proposition de programmation des principales compétences de grammaire sur les deux niveaux : 

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.